homme.png



Au nord les neuf plaines infernales
Baignées d'une lumière boréale,
Où l'aigle chasse et se repait
Des corps sans vie des hommes damnés

Au Sud, le temple qui se dresse
Comme un phallus, avec noblesse,
Célèbre le feu du soleil de midi
L'Ara chatoyant qui dissout la nuit

A l'Est où le printemps renait,
Le phœnix, oiseau sacré,
Danse avec la pluie du matin
Et chante un air sibyllin

A l'Ouest le pays des brumes,
Du mystère et de l'amertume,
Où le soleil vient pour mourir,
Ou s'éteignent à jamais les rires

Au centre la conscience de l'homme,
Le chaman, le paysan et l'astronome,
Unis dans une même folie de l'égo,
Leur âme figée est leur fardeau.