Purple Magic

To content | To menu | To search

Monday, June 25 2007

Alexandria


Il manque un son correct et le chant... pourtant j'avais les paroles prêtes.

Sur les ruines de Tyr il se dresse,
20000 esclaves à ses pieds,
Alexandre le Grand, conquérant de l’Est,
Maître de la Méditerranée

Balayé d’un geste, l’eunuque Batis,
Blessé mais glorifié à Memphis,
Proclamé pharaon par un sacrifice
Des adorateurs du taureau Apis.

A l’oasis d’Ammon se tient l’Oracle
Il te tient pour le fils d’un Dieu
L’Olympe sera ton cénacle
Ton père le bélier sablonneux

Alexandre le Macédonien,
Colérique et obstiné
L’Occident est entre tes mains
L’Orient est à tes pieds

Thursday, November 30 2006

Feu follet

wisp.jpg

Une compo jamais terminée et qui ne le sera probablement jamais, avec des pains partout (surtout au chant)

Déboussolé, désorienté,
Je marche à tâtons dans l’obscurité,
Le feu follet pour seule compagnie,
Danse, petite flamme, éclaire ma nuit.
Conduis moi de l’autre côté,
Au-delà du miroir de la réalité.
Vieille âme errante, follet maudit
Flamme dansante privée du paradis
Refusée aux portes de l’enfer
Condamnée à errer sur terre.

Danse, danse, danse,
Jusqu’à perdre conscience
Danse, danse, danse,
Dans la lumière et le silence

Feu follet, léger ruban gracile
Tu perds les voyageurs, vengeance stérile,
Ame privée d’avenir, sans émotion
Sans souvenir, que des questions
Mais le Sage a percé ton secret
Ton miroir illusoire est brisé
Le reflet de ton passé, libéré,
Tu es lavée de tes péchés.
Repose en paix, petite flamme
La lumière a enfin accepté ton âme.

Saturday, August 12 2006

The loss of love

loss.jpg

Une des toutes premières, ca commence à dater sévère...

It's like smoke in the breeze
It's like a heart made of stone
There's no princess in the castle
No valiant knight to rescue her
My sword is shattered
My horse’s passed away
Forsaken is my inner kingdom
Loneliness as an outcome

Ever closed wounds from the past
Are still darkening my mind
I need someone in my arms
A heart to love and cheer
My soul is writhing
In my useless body
I don't need incomprehension
I don't need loneliness

My will has run astray
All the same I follow the way
The road in front of me
The endless path of fate
Two hearts separated
Forever lost, forever broken
Quondam loved and cheered
Now empty and cold

Unspoken things yet no lies
Still tenderness yet no love
No violence, neither hatred,
Yet pain, fierce and cruel
Makes my head… twist and twirl
Makes my head… topple and tumble
Makes my head… skirl and whirl
Makes my head… eddy and purl

If I had a second chance
To undo things once done
Would I choose to seize it
Or leave them all the same?
There's no hope for the misgiven
There's no love for the abandoned
Only remorse and regret
Pain and misrepresentation

Lost

lost.jpg

La toute première compo que j'ai enregistrée, il me semble.

Les volutes de la volupté

Les_volutes.jpg

Encore un vieux truc pas très au point...

Petite fumée bleutée,
Voluptueuse et doucereuse - douce heureuse
Reine des alcôves,
Violettes et mauves

Hors de l’espace, hors du temps,
Mon esprit s’évade doucement.
Des atrocités brûlées au fond d’un narguilé
La fumée de mes souvenirs, je perds pied

Un nouveau départ, une vie qui se consume
Jeunesse gâchée, noyée dans la brume
Sans heurt, l’heure approche, il est déjà midi
Plus j’envie la mort, plus je mords la vie

Petite fumée bleutée,
Volutes de volupté,
Reine des alcôves
Protège moi des fauves
Rôdeurs dans la nuit
Prédateurs de l’insomnie

Les gouttes du secret

goutte.jpg

De la chanson mélancolique, mais là le chant est vraiment trop mauvais, désolé...

Des gouttes de secret ruissèlent le long du mur,
A travers les fissures j’aperçois mes blessures
Les gouttes ont une odeur de sang et de brûlé.
Perché au parapet, un gouffre à mes pieds,

Sur cette corniche - mon corps se niche
Mais mon esprit est ailleurs, drogué au hashich,
Les démons se tordent derrière un voile de pluie,
Un voile de fumée, de secret et d’ironie.

Le château de ma mémoire s’écroule et s’écoule … comme du sable
Les grains s’envolent portés par le vent des années… je me rappelle… je me rappelle…

Je creuse toujours plus profond, profond,
Les gouttes tombent dans l’abîme sans nom.
Bientôt se forme un fleuve de haine grondante,
Des vagues de secret s’abattent, rugissantes,

La violence et la haine sont impuissantes
A stopper cette tourmente - me hante
La brume envahit mon esprit, comment le libérer ?
Mon cœur est malade, empli du noir secret

Le château de ma mémoire s’écroule et s’écoule … comme du sable
Les grains s’envolent portés par le vent des années… je me rappelle… je me rappelle…

Par l’amour et l’humour l’horreur est vaincue
Et mon innocence à jamais perdue.
Parmi les décombres un mouvement :
Mon cœur qui palpite doucement

… La vie suit son cours…